transports

Tram 3 / Nouvelle génération ?

1200x800 citadis 1

Tramway Citadis / Alstom

Alors que Ségolène Royal précise qu'elle conditionne l'aide financière de l'Etat pour la future ligne de tram stéphanoise à l'utilisation de tramways nouvelle génération (http://www.activradio.com/saint-etienne-les-precisions-de-royal-sur-la-participation-de-letat-a-la-troisieme-ligne-de-tram/), il parait bon de préciser certaines spécificités de ce type de matériel.

Un tram nouvelle génération fonctionne sans caténaires et se recharge par le sol lors des arrêts en station (principe du "biberonnage"). Ce système devrait permettre d'importantes économies, qu'Alstom (un des constructeurs mondiaux) évalue à 30 % :

http://www.usinenouvelle.com/article/alstom-vend-son-tramway-nouvelle-generation-et-sans-fil-a-nice.N356489

Tram ou bus électrique ?

Bluetram

La ville de Paris s'équipe, de façon éphémère, d'un tram sans caténaire et sans rails. Nommé Bluetram, il est conçu et construit par le groupe Bolloré. Il semble que se trouve là un peu d'abus sémantique* pour un véhicule (de 20 places !) qui a tout du bus électrique.

Un article du journal Le Parisien sur ce sujet : http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-75008/le-bluetram-va-parader-sur-les-champs-elysees-27-10-2015-5223853.php

Un article de Wikipédia sur le tramway sur pneumatiques : https://fr.wikipedia.org/wiki/Tramway_sur_pneumatiques

* Petit rappel de la définition du tramway : "Le tramway /tʁam.wɛ/ est une forme de transport en commun urbain ou interurbain circulant sur des voies ferrées équipées de rails plats et qui est implantée en site propre ou encastrée à l'aide de rails à gorge dans la voirie routière." (Wikipédia).

Tram 3 / 3 scénarios

Dans son édition du 22 octobre 2015, Le Progrès dévoile les trois hypothèses de parcours pour la future troisième ligne de tram, entre Châteaucreux et La Terrasse :

Lignes t3

A noter que les scénarios 2 et 3 (d'environ 3,9 km) ne desservent pas le Parc Expo et la Comédie, à contrario du scénario 1 d'une longueur d'environ 4,3 km.

L'état du réseau

Bus stas

D'après Le Progrès du 6 octobre 2015 le réseau des transports en commun stéphanois semble bien se porter :

Le progres 06 09 15le-progres-06-09-15.pdf (2.34 Mo)

Bagnoles en ville #3 / Fétichisme

Voirures en ville

Un article du journal Le Monde sur le retour de la voiture dans les villes centres, où l'on retrouve St. Etienne (y compris dans un des commentaires) : http://transports.blog.lemonde.fr/2015/10/01/dans-les-villes-moyennes-le-retour-de-la-voiture-nest-pas-une-fatalite/

Ca rame

Rame tram

Une vidéo, en partie en 3D, sur les futures rames du tramway stéphanois : http://www.leprogres.fr/loire/2015/10/01/les-futures-rames-de-tramway-de-l-agglomeration-stephanoise

Lire la suite

Bagnoles en ville #2 / Stationnement

Parking souterrain

Photo France 3 RA

A St. Etienne, il existe 40 000 places de stationnement en surface, dont 15 % sont payantes. Ce à quoi il faut ajouter 4800 places de parkings relais aux  entrées de ville et à proximité des gares, et de pakings souterrains (Ursules, Palais de justice, Jean Jaurès, Hôtel de ville, Chavanelle); auxquels on peut ajouter les parkings des copropriétés, dont le nombre de places est difficile à chiffrer. Pour l'anecdote, 100 000 PV de stationnement sont dressés chaque année.

Bien sûr, ces stationnements ont un coup. Coup qui s'est vu augmenté depuis la mise en place de la loi Hamon* au 1er juillet 2015. Cette loi supprime la règle du "toute heure entamée est due" au profit d'une tarification au quart d'heure (A St. Etienne, celà donne un coût compris en 0,10 ou 0,60 € suivant les lieux). La moyenne du tarif horaire se situe, aujourd'hui, à 2,20 € dans la cité stéphanoise (Pour comparer avec d'autres villes, voir la carte ci-dessous).

Parkings carte 1

* L'objectif de l'article 113-7 de la loi du 17 mars 2014 était double: une tarification des places de voiture plus juste -les usagers ne sont plus obligés de payer une heure lorsqu'ils stationnent 15 minutes-, et un bienfait écologique avec un turn-over plus rapide et une circulation par conséquent moins dense.

Le stationnement sur le site de la Ville : https://www.saint-etienne.fr/services-pratiques/comment-se-d%C3%A9placer/stationnement-en-parking/stationnement-en-parking

Bagnoles en ville #1 / Des chiffres

Bagnoles

Il s'agit ici de commencer une série de posts sur la place de l'automobile dans la ville, et en particulier à Sainté.

En France, en 2014, 92 % des ménages sont motorisés dans les zones périurbaines, contre 62 % pour ce qui concerne la région parisienne. Le taux de motorisation dans les agglomérations de plus de 100 000 habitants s'élèvent quant à lui à 81 %. Le parc automobile français compte 33,8 millions de véhicules individuels (Ce qui représente un véhicule pour deux français); sachant que 34 % des ménages sont multimotorisés (Source Comité français des constructeurs automobiles (CCFA) 2015).

Si l'on rapporte ces chiffres à la ville de St. Etienne, qui compte, en 2012, 75 432 ménages fiscaux (Source Insee), cela donne un parc d'environ 61 000 véhicules. Ce qui n'est pas rien !

Espace de gare #7 / La dernière rotonde

Rotonde

La dernière rotonde de la gare stéphanoise de Châteaucreux a été détruite, en toute discrétion, pendant l'été 2015. Le bâtiment (et son pont roulant), qui ne présentait pas un intérêt architectural particulier, avait été construit au début des années 1960 suite à un incendie qui avait détruit l'ancienne rotonde, qui, elle, datait de la fin du XIXe siècle; sachant qu'au départ deux rotondes de dépôt de trains coexistaient sur le site.

Cette destruction s'inscrit dans le projet, à long terme, de réduire l'emprise ferroviaire et d'ouvrir un accès à la gare à partir du nord (Quartier du Soleil).

Plan chateaucreux

Plan guide original / Gérard Penot / Atelier Ruelle

Et pour en savoir plus sur la gare de Châteaucreux : https://fr.wikipedia.org/wiki/Gare_de_Saint-%C3%89tienne-Ch%C3%A2teaucreux

Tram 3 / Le temps de la concertation

Tram

La concertation sur le projet de la future ligne de tram entre Châteaucreux et la Terrasse est lancée. Elle se déroule du 15 juin 2015 au 15 mars 2016 : http://www.saint-etienne.fr/actualites/projet-prolongement-3%C3%A8me-ligne-tramway-donnez-votre-avis-cadre-concertation-pr%C3%A9alable

Pour consulter le document de présentation du projet, c'est ici : http://fr.calameo.com/read/000544113bfd76adc0f00?authid=a0rJn60CqZQg

Une histoire de vélo

A Sainté le vélo c'est tout une histoire depuis 1886, que l'on peut aussi revivre au Musée d'art et d'industrie :

Ca câble ! 2

Telepherique 1

Futures cabines du téléphérique de Brest

Outre le projet de téléphérique Châteaucreux/Crêt de roc à St. Etienne, il existe plusieurs autres projets en Rhône-Alpes :

  1. Le Funiflaine : un téléphérique urbain, prévu à l'horizon 2019, entre Magland, Les Carroz et Flaine (Haute-Savoie), d'un montant estimé de 84 millions d'euros / En vidéo : http://replay.8montblanc.fr/watch.php?vid=bde9c01cf,
  2. Chambéry : un téléphérique reliant le quartier de Chambéry le Haut à la gare côté Cassine. Projet sur lequel il existe très peu d'informations,
  3. Grenoble : il existe un projet d'études pour un téléphérique entre Fontaine, la presqu'île de Grenoble et Saint-Martin-le-Vinoux (Côté Fontaine, une gare serait construite au terminus du Tram A, "Fontaine - La Poya"). Le projet entre Fontaine et le plateau du Vercors est, lui, quasiment abandonné / En vidéo : http://api.dmcloud.net/player/pubpage/4f3d114d94a6f66945000325/541ab9cb9473994156a7dffc/e33db3879bc140e09947c0d37df52fab?wmode=transparent&chromeless=0&autoplay=1&start=1.

Tous ces projets sont inscrits au Contrat de plan Etat-région (CPER) 2015/2020, pour un montant total de 118,4 millions d'euros.

Et une question :

http://transports.blog.lemonde.fr/2013/04/01/faut-il-vraiment-installer-des-telepheriques-en-ville/

Et un rappel : Ca câble !

Dossiers à suivre

Comedie saint etienne

Le futur bâtiment de la Comédie de St. Etienne / Studio Milou Architecture

Le site Zoomdici.fr (11/05/15) fait part des avancées actuelles sur trois dossiers concernant St. Etienne :

  1. Le téléphérique du Crêt de roc, dont l'étude d'avant projet est estimée à 400 000 €, et qui pourrait démarrer cette année (http://www.zoomdici.fr/actualite/Saint-Etienne-un-telepherique-au-Cret-de-Roc--id142376.html),
  2. La contribution de l'Etat à l'Etablissement public d'aménagement de St. Etienne (Epase) qui devrait s'élever à 40 millions d'euros pour la période 2015/2020 (http://www.zoomdici.fr/actualite/Epase-40-millions-pour-Saint-Etienne-id143866.html),
  3. Les pistes pour l'avenir du site de la future ex-Comédie, qui va rejoindre la Plaine Achille (http://www.zoomdici.fr/actualite/Une-nouvelle-partition-pour-la-Comedie-de-Saint-Etienne-id143861.html).

Demain les villes

Dans son numéro daté de mai 2015, le mensuel Science & vie consacre un dossier spécial à l'avenir des villes, intitulé "Réinventer la ville". L'originalité de son approche est qu'elle se base, non pas sur des travaux d'urbanistes mais sur des recherches menées par des physiciens. Ainsi, on apprend qu'il n'existe en fait que quatre types de formes de rue (Voir ci-dessous).

Ville demain 2

Sur son site, Science & vie propose un certain nombre de ressources sur cette question, comme par exemple :

Une cartographie des émotions populaires : http://www.urbanmobs.fr/

Des images de la transformation du paysage urbain : http://piwee.net/1-transformation-ville-avant-apres-050115/

Des images des mégacités du futur : http://www.wired.com/2015/01/marcus-lyon-exodus/#slide-id-1706067

→ Dans le même ordre d'idées L'Obs publie un post photographique sur les villes du futur, et Libération revient sur la question des mégapoles :

http://tempsreel.nouvelobs.com/galeries-photos/photo/20150429.OBS8188/grand-format-portrait-robot-des-villes-du-futur.html

http://www.liberation.fr/societe/2015/04/24/les-megapoles-multimillionaires-doivent-decroitre_1264552

Lire la suite

A vélos / Vélivert

Velivert1

Vélivert est le service de location de vélos en libre service de l'agglomération stéphanoise. Il existe depuis 2010. Aujourd'hui, après le démantèlement des stations de Rive de Gier, c'est au tour de St. Chamond de connaitre le même sort, faute d'un nombre suffisant d'abonnés (10 locations dans cette dernière ville en 2014). Et Firminy (3 stations) devrait suivre le même chemin en mai 2015. Certaines des stations du Gier seront vraisemblablement transférées à St. Etienne.

Vélivert en chifres, en 2014 :

  • 34 stations, dont 25 sur St. Etienne
  • 360 vélos
  • 900 abonnés
  • 80 000 mouvements de vélos
  • 1 € de droit d'accès pour une journée

Les particularités d'un vélo Vélivert : http://www.musee-art-industrie.saint-etienne.fr/decouvrir/musee/parcours-de-visites/parcours-cycles/velivert-depot-de-saint-etienne-metropole

Le site de Vélivert : http://www.velivert.fr/

A vélos / Ateliers

Derailleur 2

Il existe à St. Etienne plusieurs ateliers de réparation de vélo. Dans son numéro du 23 avril 2015, le quotidien Le Progrès consacre une page à l'atelier de réparation et de recyclage de vélos Le Dérailleur, géré par l'association Ocivélo (Le Dérailleur c'est aussi une vélo-école et un atelier mobile).

Le deuxième atelier de réparation, géré par Le collectif des déraillés, est situé dans les locaux de l' Amicale laïque Beaubrun.

L'article sur Le Dérailleur : Le progres 23 05 15le-progres-23-05-15.pdf (515.66 Ko)

Le site d'Ocivélo : http://www. ocivelo.fr/ 

L'atelier des Déraillés : http://lesderailles.over-blog.com/pages/Latelier_de_reparation_velo-404705.html 

Espace de gare #5

Gare de chateaucreux

Une gare et ses environs c’est aussi, bien sûr, des voyageurs. Celle de Châteaucreux voit passer, pour la seule ligne St. Etienne –Lyon, environ 4 millions de voyageurs par an (environ 16 000 par jour), soit 10 % du trafic ferroviaire de la Région Rhône-Alpes (Source http://www.rhonealpes.fr/619-la-ligne-saint-etienne-lyon.htm, 2011).

Mais la gare est aussi un lieu qui attire des non-voyageurs. Ainsi, Le Progrès du 22 avril 2015 consacre une page aux problèmes de sécurité qui se posent à Châteaucreux et sur l’esplanade de France (Voir l’article ci-dessous).

Article progres 22 04 15article-progres-22-04-15.pdf (580.93 Ko)

Lire la suite

Espace de gare #4

En dehors de St. Etienne il existe, en France, plusieurs autres exemples d'aménagement de centre d'affaires autour des gares : Euralille 1 à Lille (1992), Part Dieu à Lyon (Fin des années 70), Euronantes à Nantes (1989-2005), Europole à Grenoble (1987-2008), Novaxis au Mans, ZAC Amphithéâtre à Metz (depuis 2005)...

En Rhône-Alpes, se distinguent Europole, à Grenoble, qui regroupe 200 000 m2 d'équipements, dont 70 500 m2 de bureaux (Voir le plan ci-dessous à gauche), sachant que la gare SNCF et la gare routière sont en cours de réaménagement (http://www.grenoble-gares.fr/); et le secteur de la Part Dieu à Lyon, qui compte 600 000 m2 de bureaux pour un objectif à atteindre de 800 000 m2 (Voir la vue aérienne ci-dessous à droite), sachant que là aussi est engagé un projet de réaménagement de la gare et de ses alentours qui se présente comme un hub métropolitain* (http://www.lyonpart-dieu.com/lexperience-lyon-part-dieu/un-territoire-de-projets/gare-ouverte/#.VTNG5MscS71).

A noter que dans la Loire, Roanne envisage "une reconquête" du quartier de la gare avec la construction d'un éco-quartier et la mise en route d'une étude sur le "grand quartier gare"; Saint-Chamond a connu, en 2012/2013, une augmentation importante du nombre de places de stationnement à côté de la gare, la réorganisation totale du fonctionnement du parking, la mise en accessibilité des quais aux personnes à mobilité réduite et la création d’une gare routière.

* "Une plate-forme de correspondance, un pôle, une plaque tournante, ou un hub en franglais est le point central d'un réseau de transport. Cette plaque tournante assure par sa concentration un maximum de correspondances." (Source Wikipedia).

Pierre Faurand / 19/04/15

Pour en savoir plus sur "l'effet TGV" : 07b03 effet tgv quartiers de gare07b03-effet-tgv-quartiers-de-gare.pdf (5.81 Mo)

EuropolePart dieu 2

Lire la suite

Espace de gare #2

Chateaucreux

Le secteur de Châteaucreux, dans sa vocation à devenir un "nouveau centre", regroupe maintenant un certain nombre d'organismes publics ou para-publics, tels que le Centre national du chèque emploi service universel (CNCESU), l'Urssaf, et, sur l'ilôt Grüner, des services fiscaux, le siège de Saint-Etienne Métropole, l’Etablissement public foncier  Rhône-Alpes (EPORA), la Direction départementale du territoire (DDT), et, rue de la Montat, l'Etablissement public d'aménagement de Saint-Etienne (EPASE) né en 2007 (Voir la vidéo ci-dessous). 

Le secteur devrait accueillir prochainement (Sur l'îlot Poste-Weiss) la Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM). A noter que le Conseil général de la Loire avait un temps envisagé de s'installer en face de la gare, mais le projet a été abandonné, car considéré comme trop onéreux. Quant à la Caisse d'allocations familiales (CAF), elle devrait aussi s'installer sur place, suite à la mise en vente de l'immeuble des services sociaux de l'avenue Emile Loubet (Voir le lien ci-dessous).

Pierre Faurand / 17/04/15

http://lessor.fr/les-organismes-de-la-s-curit-sociale-pr-parent-leur-relocalisation-7266.html

Espace de gare #1

Chateaucreux 2

Avant, mais c’était avant, la gare était le lieu d’où l’on quittait la ville et le lieu où l’on la retrouvait. Aujourd’hui, la gare se retrouve au cœur des politiques urbaines. Elle n’est plus simplement envisagée comme un lieu d’échanges en matière de transports, mais (avec ses abords) comme un véritable enjeu en matière d’urbanisme. Il en va ainsi à Saint-Etienne avec le réaménagement, engagé depuis plusieurs années, du secteur de la gare, principale, de Châteaucreux, et avec le projet de rénovation engagé de la gare de Carnot (Gare de Carnot, le renouveau ?) - [St. Etienne ayant la particularité d’être scandée par cinq gares : Châteaucreux, Carnot, Le clapier, Bellevue, La terrasse – Héritages de la grande époque industrielle et de l’exploitation minière].

Mais cette idée de créer de nouveaux « centres urbains » n’est pas nouvelle. Saint-Etienne a connu deux changements majeurs, dont, ni l’un, ni l’autre, n’ont abouti pour différentes raisons.

A la fin du XIXe siècle (1853/1904) un projet urbain a amené à la construction, entre la place du peuple et la place Louis Comte, à la construction du Grand théâtre (incendié en 1928), de l’Ecole des Beaux-arts, des Halles, de la Bourse du travail et du Musée d’art et d’industrie (initialement prévu pour recevoir la sous-préfecture); et quand St. Etienne est devenue préfecture l'aménagement s'est arrêté là.

Sous la municipalité Durafour, il est décidé, en 1975, de construire un nouveau centre ville (Centre 2) sur le site de l’ancienne caserne militaire de Bizillon. Cet ensemble devait accueillir à la fois des administrations et des sièges de collectivités locales. Finalement, il en reste aujourd’hui surtout un centre commercial sous la bannière d’Auchan, qui remplace Continent en 1989. Ce projet s’inscrivait dans la logique « bétonneuse » du maire de Lyon, Louis Pradel, dans les années 1960, marquée par la facilitation de l’introduction de la voiture en ville (aménagements des quais de Saône, construction du tunnel de Fourvière, réaménagement des gares de Perrache et de la Part Dieu). A St. Etienne, cette logique a aussi donné lieu à l’implantation du parking des Ursules (1967/1969).

Pierre Faurand / 16/04/15

Et pour aller déjà un peu plus loin : http://www.urbanisme.fr/issue/magazine.php?code=365&section=AGORA

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×